L’église Notre Dame du Mont Carmel

15/03/2018
L’église Notre Dame du Mont Carmel
...sur son éperon rocheux domine le vieux bourg. 

L'église de Margon date du XIème siècle comme l'attestent les vestiges romans de l'abside. Elle a d'ailleurs conservé son portail roman.
Donnée par l'un des Rotrou aux moines de Saint-Denis, elle a appartenu à la collation de la cure du Prieur de cette communauté basée à Nogent le Rotrou. 
Elle fut considérablement agrandie au XVIème siècle. 
En 1793, elle servit quelque temps comme poudrière.

Au sortir de la révolution, elle tombait en ruine. Le curé de la paroisse, archéologue distingué, entreprit alors de la restaurer.

L’orgue « romantique » de l’église de Margon

Cet orgue a été construit en 1902 par l’abbé TRONCHET, curé de Margon et facteur d’orgues. 
Il comprend huit jeux répartis sur un clavier manuel de 56 notes.

Le buffet est de pur style néo-gothique ainsi que la tribune pour le recevoir.

Il fut inauguré le 21 septembre 1902, par Monsieur PALANQUE, organiste à Nogent le Rotrou et par Monsieur DUHAMEL. L’organiste titulaire à cette époque est mademoiselle CHARON.

La qualité de la tuyauterie, très riche en étain, et l’intérêt de ce petit orgue de facture romantique ont motivé la sauvegarde de cet instrument.

En 1988, face à son délabrement général, la restauration est programmée, après 80 ans de non-intervention, avec son lot malheureusement habituel de dégradations de toutes sortes : pourriture des peausseries et soufflerie, vers du bois de toutes catégories dans la plupart des éléments y compris dans le sommier.

839 heures de travail furent nécessaires pour effectuer la première tranche principale de travaux.
L’orgue rénové fut inauguré par Yves CASTAGNET, le 1er octobre 1989, lors d’un récital qui mit en valeur l’instrument ressuscité. La tranche de travaux qui vient de se terminer comprenant le remplacement de la tuyauterie de bois vermoulue a permis de rendre à l’instrument ses basses.

Cet orgue dut de nouveau souffrir des trois sécheresses de 1989 à 1991, altérant le mécanisme du sommier et du tirage des registres. (la température à l’intérieur de l’orgue dépassa 35°C avec une hygrométrie réduite à 16%). Ce phénomène est catastrophique pour l’instrument.

La restauration est de nos jours terminée et permet d’entendre un instrument dont la sonorité est originale et remplit agréablement la petite église de Margon.
Quelques points n’ont pu être améliorés radicalement, comme le tirage des registres qui reste assez dur, conçu par TRONCHET de manière complexe avec de multiples renvois.
Toutes les pièces anciennes ont été restaurées et sont d’origine, sauf la soufflerie à plis, reconstruite dans l’esprit.

Si vous êtes musiciens, vous êtes invités à venir jouer sur ce superbe instrument qui ne demande qu’à s’animer. 

Merci d’en informer la mairie