INFOS-FLASH


Dernière mise à jour
20 juillet 2016 à 09h00
Construisez à Margon
cliquez ici
ATTENTION
pas de collecte déchets verts
lundi 15 août 2016
L'opération "Sac à dos" de la Communauté de Communes du Perche : c'est repartit...
Pour plus d'informations, cliquez ici
COLLECTE DECHETS VERTS
La collecte en porte à porte reprendra à partir du lundi 18 avril2016 pour se terminer le lundi 31 octobre 2016.
La vente des sac biodégradables commencera le lundi 11 avril 2016.
j'éco-RENOV'dans le Perche
 
CONCOURS-PHOTO


 
CONCOURS PHOTOS 2017
 
« L’arbre et l'eau!»

RÈGLEMENT DU CONCOURS
BULLETIN D'INSCRIPTION AU CONCOURS
AFFICHE
 
LA MÉTÉO


 
MISE EN CONCURRENCE


 
SITUATION GÉOGRAPHIQUE


 
 
Au-delà du « Brexit » !
S’il est généralement admis que lors d’un référendum, les électeurs répondent rarement à la question qui leur est posée, la recherche des raisons du Brexit doit mobiliser aujourd’hui tous ceux qui veulent agir pour l’Europe. N’oublions pas que le 29 mai 2005, en France, le peuple a dit "non" à 54,68 % à la question "Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe ?" !
La campagne du remain s’est largement résumée à une mise en garde : quittez l’Europe et l’économie s’effondrera. Pour le camp du leave : restez en Europe et toutes les barrières sauteront, elle sera encore plus libérale. Ces deux thèmes découlent pourtant de la même réalité : la mise en concurrence des biens et des services et celle des individus. Ce qui est en jeu, c’est bien un système économique dans lequel tous doivent lutter contre tous, partout et tout le temps.
La réponse des Britanniques est, à cet égard, sans appel : le brexit vient sanctionner un modèle de société devenu inhumain. Seuls les gagnants de la mondialisation, les diplômés, les habitants des grandes villes, trouvent du sens à l’Europe. En bravant la menace pesant sur une prétendue prospérité économique, les électeurs issus des classes laborieuses ont signifié qu’ils en n’ont assez que l’argent profite à une minorité. Ils aspirent à tous mieux vivre ensemble au quotidien, ils n’ont pas ce sentiment, ils ont voté « leave ».
Cette aspiration n’a rien d’une excentricité britannique, l’espace public européen ne peut continuer à se construire sur les thèmes de la crise de l’économie et de notre rapport aux migrations. Reconnaissons néanmoins que si l’Europe s’est bâtie sur la promotion du libéralisme économique, elle porte en elle des ferments d’humanisme et de solidarité, ils devront être renforcés si les citoyens veulent se sentir européen.
L’UE, qui organise la solidarité entre les peuples et substitue les discussions aux conflits, mérite d’être défendue. Le consensus politique entre les états implique, de fait, qu’elle soit gouvernée au centre, elle n’est pas armée pour lutter contre les passions des extrêmes. Dans un contexte libéral qui exclut tant d’individus du monde du travail, ces extrêmes ne peuvent que croitre. Il nous faudra désormais tous nous battre pour défendre la paix et le « vivre ensemble », pour que les écarts de revenus diminuent, pour que la finance soit au service de tous. Sinon, ce sera la haine des autres ou du système qui sera le ciment des mouvements qui se développent aujourd’hui en Europe.