INFOS-FLASH


Dernière mise à jour
17 mai 2016 à 10h15
Construisez à Margon
cliquez ici
L'opération "Sac à dos" de la Communauté de Communes du Perche : c'est repartit...
Pour plus d'informations, cliquez ici
COLLECTE DECHETS VERTS
La collecte en porte à porte reprendra à partir du lundi 18 avril2016 pour se terminer le lundi 31 octobre 2016.
La vente des sac biodégradables commencera le lundi 11 avril 2016.
j'éco-RENOV'dans le Perche
 
CONCOURS-PHOTO


 
CONCOURS PHOTOS 2017
 
« L’arbre et l'eau!»

RÈGLEMENT DU CONCOURS
BULLETIN D'INSCRIPTION AU CONCOURS
AFFICHE
 
PROCHAINES MANIFESTATIONS


Calendrier des concours 2016
La Boule Margonnaise
Salon de l'Habitat
du samedi 28 au dimanche 29 mai 2016 de 10h à 18h
Halle et Salle polyvalente de Margon
OMELETTE GEANTE
VENDREDI 24 JUIN
Réservé aux Margonnais ou être invité par un Margonnais
 
LA MÉTÉO


 
MISE EN CONCURRENCE


 
SITUATION GÉOGRAPHIQUE


 
 
 
 
 
 


Le chômage et la précarité pour les uns, les paradis fiscaux pour les autres !
Il y a quarante ans qu’on demande plus de croissance pour résorber le chômage, et qu’il augmente ! Mais 3% de croissance pendant 50 ans représentent 438 % d’augmentation de la production : une croissance infinie est une utopie sur une terre ayant sa taille définitive et des richesses limitées.
Le faible taux de chômage des années 70 était dû au travail posté et sans attrait des chaines de montage. Ils ont disparu, remplacés par des robots qui n’ont pas de problèmes d’articulation après trente ans des mêmes mouvements contrairement à ceux qui ont vécu cette époque !
Les tâches répétitives, les fonctions de contrôle, les emplois qualifiés disparaissent avec les programmes informatiques car l’ordinateur dépasse l’humain dans la performance et la fiabilité. C’est parce qu’ils ne sont pas numérisables que les services à la population, aux personnes âgées entre autres, ont créé des emplois, depuis 10 ans, dans notre Perche, mais hélas faiblement rémunérés !
La faible croissance des dernières années va donc, hélas, rester la norme. Les encyclopédies en ligne, les données collectées avec Google, les communications via Facebook ou Twitter, les sites de comparaisons ou d’achats en ligne sont accessibles à tous ; mais globalement ils détruisent des emplois. Ils n’intéressent financièrement que très peu d’individus : « Tout se passe comme si un petit nombre de gens très bien payés travaillaient à rendre gratuits des biens consommés par des pauvres » (Edward Glaeser).
Arrêtons de nous faire croire qu’il faut travailler davantage en France, en Espagne, en Italie, au Portugal, en Grèce, bref partout en Europe, voire partout dans le monde. Plus de 3 millions de chômeurs en France, 11% de demandeurs d’emplois dans l’Union Européenne, 13,1% d’Américains sans emploi mais en âge de travailler ; est-ce acceptable ? Un monde avec des paradis fiscaux pour les fortunes d’une minorité et un enfer pour la majorité des hommes, est-ce admissible ? Alors il ne reste qu’à partager l’emploi.
Et il faudra bien un jour taxer les robots, les mouvements financiers et fiscaliser l’ensemble des revenus pour assurer la cohésion sociale sur notre planète ! Ou repenser la répartition des revenus avant que le fossé ne se creuse trop entre les riches et les pauvres, ce qui n’est jamais bon pour la stabilité d’une société !